m

Documents  MENECIER Pascal | enregistrements trouvés : 21

O

-A +A

P Q


y

- 180 p.
ISBN 978-2-36717-695-6
Thème : GERONTOLOGIE

Les nouvelles technologies facilitent-elles autant les relations thérapeutiques qu'elles les contraignent ? Comment penser leur usage dans le respect de l'éthique ? Que nous disent les robots utilisés en gérontologie de notre regard sur les personnes à qui on les propose ? Existe-t-il des cyberaddictions chez les sujets âgés ? Les technologies du virtuel se révèlent-elles, pour les patients comme pour les équipes, de solides supports de prendre soin ou des leurres dangereux ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répond la première partie de cet ouvrage. Les « nouvelles technologies » sont à la mode. Mais des robots à la télémédecine en passant par les systèmes dits « intelligents » à domicile ou en institution, on en parle souvent plus pour les juger, les louer ou les condamner, que pour les questionner. Le présent livre souhaite d'abord enrichir notre réflexion sur ces nouvelles technologies par les regards que portent sur elles des personnes venues d'horizons professionnels et disciplinaires différents : écrivain, anthropologue, philosophe, psychanalyste, psychologue... Dans une seconde partie, il donne la parole à des professionnels - ergothérapeute, médecin coordonnateur, gériatre, psychiatre, psychologue... - qui confrontent cet ensemble de réflexions à leurs pratiques et usages des nouvelles technologies. Des expériences et des pratiques qui permettent notamment de mieux cerner comment des robots - ici Paro et Nao - sont utilisés et perçus par leurs usagers ; comment un technopôle peut aider les professionnels dans l'usage des différentes technologies (en particulier de sécurité et d'assistance) ; quels sont les apports d'une expérience de téléconsultation en gérontopsychiatrie ; quelles leçons peut-on tirer, grâce au point de vue d'une ergothérapeute, sur l'accompagnement à l'utilisation de différentes technologies proposées - ou imposées - à des patients... (note de l'éditeur)
Les nouvelles technologies facilitent-elles autant les relations thérapeutiques qu'elles les contraignent ? Comment penser leur usage dans le respect de l'éthique ? Que nous disent les robots utilisés en gérontologie de notre regard sur les personnes à qui on les propose ? Existe-t-il des cyberaddictions chez les sujets âgés ? Les technologies du virtuel se révèlent-elles, pour les patients comme pour les équipes, de solides supports de prendre ...

TECHNOLOGIE ; RELATION D'AIDE ; THERAPEUTIQUE ; RESPECT ; ETHIQUE ; ROBOT ; PERSONNE AGEE ; VIEILLISSEMENT ; RÉALITÉ VIRTUELLE ; PRENDRE SOIN ; TELEMEDECINE ; TELECONSULTATION ; PSYCHIATRIE ; ACCOMPAGNEMENT ; ERGOTHERAPIE ; VIE SOCIALE ; ETHIQUE ; NUMERIQUE ; OUTIL ; BIENFAIT ; RISQUE ; MAISON DE REPOS (ET DE SOINS)

... Lire [+]

Les dépendances au fil de la vie MENECIER Pascal ; ENNUYER Bernard ; PELLISSIER Jérôme ; ET AL. | IN PRESS ÉDITIONS janvier 2021 H

* Ouvrage - Cote : 159.942/MEN - Doc n°158478

y

- 153 p.
ISBN 978-2-84835-666-2
Thème : PSYCHOLOGIE

À force de redouter la dépendance comme une déchéance, à force de vouloir lutter contre ce mode relationnel inhérent à la condition humaine, seule sa négativité persiste dans une époque envahie par l’individualisme, la performance et la recherche de réalisation personnelle. Il en va de même dans la relation à autrui, où l’interdépendance affective disparaît derrière l’emprise, la manipulation ou la perversion narcissique… Ce livre dresse un panorama non exhaustif de la dépendance et de l’interdépendance inhérente à la vie humaine. Quelles sont ses limites ? Comment les intégrer dans les offres d’aide ou de soin tout au long de la vie ? À travers 11 fiches sont tour à tour abordés : l’attachement, les dépendances physiques ou psychiques, la dépendance affective, le couple, l’addiction, la vieillesse, la néoténie… La dépendance n’est pas un symptôme, ni un syndrome ou une maladie. Elle est inhérente à notre humanité. À condition de ne pas simplement vouloir l’éradiquer, mais en composant pour vivre avec. (note de l'éditeur) À force de redouter la dépendance comme une déchéance, à force de vouloir lutter contre ce mode relationnel inhérent à la condition humaine, seule sa négativité persiste dans une époque envahie par l’individualisme, la performance et la recherche de réalisation personnelle. Il en va de même dans la relation à autrui, où l’interdépendance affective disparaît derrière l’emprise, la manipulation ou la perversion narcissique… Ce livre dresse un ...

PSYCHOLOGIE ; DEPENDANCE ; ATTACHEMENT ; ADDICTION ; VIEILLESSE ; PHYSIQUE ; PSYCHIQUE ; COUPLE ; ASPECT SOCIAL ; CONJUGALITE ; FIN DE VIE ; ACCOMPAGNEMENT ; PRISE EN CHARGE

... Lire [+]

U V

- n° 6S - p. S88-S93
Thème : PSYCHIATRIE

La substitution propose de remplacer une substance dont le patient est dépendant par un analogue pharmacologique moins nocif afin de faciliter l’arrêt ou la réduction des prises, et réduire les dommages induits du produit initialement consommé. Devenue classique pour les opioïdes ou le tabac, il n’existe à ce jour aucun traitement de substitution validé pour l’addiction à l’alcool. Les consommations d’alcool ou de benzodiazépines, deux agonistes des récepteurs GABAA, sont parmi les plus élevées en France, souvent associées. Alors que l’éthanol est un toxique majeur pour l’organisme, les benzodiazépines ont un meilleur profil de sécurité, malgré divers risques ou effets secondaires. Certains arguments suggèrent que les benzodiazépines pourraient être une substitution à l’alcool. Pour explorer cette hypothèse, une revue narrative de la littérature a été conduite, ne retrouvant que de rares publications, envisageant la possibilité de substitution partielle ou approchée de l’alcool par des benzodiazépines. Afin de conforter cela, des études complémentaires sont nécessaires, de validation pharmacologique ainsi que d’élaboration des abords psychosociaux d’accompagnement de cette médiation. La substitution propose de remplacer une substance dont le patient est dépendant par un analogue pharmacologique moins nocif afin de faciliter l’arrêt ou la réduction des prises, et réduire les dommages induits du produit initialement consommé. Devenue classique pour les opioïdes ou le tabac, il n’existe à ce jour aucun traitement de substitution validé pour l’addiction à l’alcool. Les consommations d’alcool ou de benzodiazépines, deux agonistes ...

ADDICTION ; ALCOOL ; USAGE ; CONSOMMATION DE MEDICAMENTS ; SUBSTITUTION ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Les aînés et l'alcool MENECIER Pascal ; GONNET François | ÉDITIONS ÉRÈS 2010

Ouvrage - Cote : 178.1/MEN - Doc n°64821

y

- 226 p.
ISBN 978-2-7492-1194-7
Thème : ASSUETUDE

Il est rare d'aborder les problèmes d'alcool sous l'angle de la vieillesse. Et pourtant, le phénomène existe bien. L'auteur connaît bien le sujet car, en plus d'être addictologue, il est également gériatre.

PERSONNE AGEE ; CONSOMMATION D'ALCOOL ; VIEILLISSEMENT ; RISQUE ; ACCOMPAGNEMENT ; RELATIONS INTERVENANT-USAGER

... Lire [+]

U V

- 200 p.
ISBN 978-2-7492-1268-5
Thème : ASSUETUDE

Parler d'alcool à des personnes âgées est difficile, souvent tabou, pour de nombreux intervenants professionnels, comme pour de nombreux proches. Ainsi, en partie par défaut de repères théoriques permettant de mieux comprendre les personnes en difficulté avec l'alcool et les mécanismes en jeu, l'aide et l'accompagnement de ces personnes, à domicile comme en institution, restent sources d'embarras, de maladresse ou d'évitement. Conscient de ces difficultés, l'auteur propose ici de multiples éléments de réflexion et d'intervention, utilisable par tout aidant, proche ou professionnel auprès de personnes âgées pour qui l'alcool constitue un problème et/ou une souffrance potentielle. Parler d'alcool à des personnes âgées est difficile, souvent tabou, pour de nombreux intervenants professionnels, comme pour de nombreux proches. Ainsi, en partie par défaut de repères théoriques permettant de mieux comprendre les personnes en difficulté avec l'alcool et les mécanismes en jeu, l'aide et l'accompagnement de ces personnes, à domicile comme en institution, restent sources d'embarras, de maladresse ou d'évitement. Conscient de ces ...

CONSOMMATION D'ALCOOL ; ADULTE ; PERSONNE AGEE ; COMPORTEMENT ; ALCOOLISME ; ACCOMPAGNEMENT

... Lire [+]

U V

- n° 2 - p. 61-76
Thème : ASSUETUDE

Alors que la prévalence du mésusage d'alcool se maintient avec l'âge et que les populations vieillissent, les questions d'addiction alcoolique dans la vieillesse deviennent quotidiennes pour chaque professionnel de santé. Se demander comment les aînés perçoivent les attitudes soignantes est un premier pas dans l'abord de cette relation de soin. Une enquête exploratoire, prospective d'observation auprès des sujets âgés de 65 ans ou plus, a inclus 14 personnes, rapportant 21 échanges avec des soigants. Alors que la prévalence du mésusage d'alcool se maintient avec l'âge et que les populations vieillissent, les questions d'addiction alcoolique dans la vieillesse deviennent quotidiennes pour chaque professionnel de santé. Se demander comment les aînés perçoivent les attitudes soignantes est un premier pas dans l'abord de cette relation de soin. Une enquête exploratoire, prospective d'observation auprès des sujets âgés de 65 ans ou plus, a inclus ...

ALCOOLISME ; RELATIONS SOIGNANT-SOIGNE ; ADULTE ; VIEILLISSEMENT ; ATTITUDE

... Lire [+]

U V

- n° 5 - p. 338-343
Thème : PERSONNE AGEE

Objectifs. - Aborder l'asymétrie de la relation entre soignants et soignés par un de ces possibles excès sous la forme de relation d'emprise.
Patients et méthodes. - Analyse des formes du discours de 45 entretiens de recherche, par observation de la place de la locution de prise en charge (plutôt que d'accompagnement) et le recours au possessif pour désigner un intervenant ou un élément du dispositif de soin.
Résultats. - La prise en charge domine, désignant aussi bien une situation, une maladie, qu'une personne (malade), tandis que le recours à un possessif apparaît dans plus d'un tiers des entretiens.
Conclusions. - Par le choix des mots, peut être perçue la place de l'appropriation et du pouvoir dans le soin, d'abord considéré dans ses dimensions excessives d'emprise, de réification du soigné, qui ainsi peut participer à son aliénation. Cependant, la place d'une forme modérée d'emprise positive ne peut être exclue comme possible modalité d'attachement, de soutien, d'investissement de la relation.
Objectifs. - Aborder l'asymétrie de la relation entre soignants et soignés par un de ces possibles excès sous la forme de relation d'emprise.
Patients et méthodes. - Analyse des formes du discours de 45 entretiens de recherche, par observation de la place de la locution de prise en charge (plutôt que d'accompagnement) et le recours au possessif pour désigner un intervenant ou un élément du dispositif de soin.
Résultats. - La prise en charge ...

PERSONNE AGEE ; AUTORITE ; GERONTOLOGIE ; PRISE EN CHARGE ; RELATIONS SOIGNANT-SOIGNE ; SOINS

... Lire [+]

U V

- n° 1 - p. 49-89
Thème : SANTE

Au fil du XXe siècle, les considérations à propos de l'usage d'alcool ont grandement évolué, parallèlement aux changements des modes et des quantités de prises de boissons alcoolisées. Si jusque dans l'après Seconde Guerre mondiale, l'image des plus âgés pouvait être associée au fait de boire de l'alcool dans diverses représentations picturales, ces évocations semblent ensuite avoir totalement disparu. A travers certaines images de la publicité, une réflexion est proposée sur l'évolution des représentations sociales entre alcool et vieillissement. Ainsi, une approche intégrant les croyances peut-elle aider à l'abord actuel des plus âgés, dont les parcours de vie et environnements socio-culturels initiaux ont été bien différents de ce que vivent les soignants d'aujourd'hui. Au fil du XXe siècle, les considérations à propos de l'usage d'alcool ont grandement évolué, parallèlement aux changements des modes et des quantités de prises de boissons alcoolisées. Si jusque dans l'après Seconde Guerre mondiale, l'image des plus âgés pouvait être associée au fait de boire de l'alcool dans diverses représentations picturales, ces évocations semblent ensuite avoir totalement disparu. A travers certaines images de la publicité, ...

SANTE ; CONSOMMATION D'ALCOOL ; VIEILLISSEMENT ; REPRESENTATIONS SOCIALES ; PUBLICITE ; CROYANCE

... Lire [+]

U V

- n° 123 - p. 11-38
Thème : SOINS INFIRMIERS

D'un point de vue étymologique, le terme d'addiction signifie en latin "adonné à" et désignait l'esclave qui, par définition, ne portait pas de nom. S'exprimait par ce terme une absence de liberté et d'indépendance.
Également appelée dépendance, l'addiction correspond à une envie répétée et difficile à contrôler d'un besoin non vital. Lors du vieillissement, elle peut concerner la consommation d'alcool, de tabac, mais également de médicaments au premier rang desquels figurent les psychotropes. Les comportements addictifs chez les personnes âgées ne sont pas anecdotiques!
D'un point de vue étymologique, le terme d'addiction signifie en latin "adonné à" et désignait l'esclave qui, par définition, ne portait pas de nom. S'exprimait par ce terme une absence de liberté et d'indépendance.
Également appelée dépendance, l'addiction correspond à une envie répétée et difficile à contrôler d'un besoin non vital. Lors du vieillissement, elle peut concerner la consommation d'alcool, de tabac, mais également de médicaments ...

GERONTOLOGIE ; AIDE AUX PERSONNES AGÉES ; GERIATRIE ; ADDICTION ; DEPENDANCE ; CONSOMMATION DE TABAC ; CONSOMMATION D'ALCOOL ; CONSOMMATION DE MEDICAMENTS ; PERSONNE AGEE

... Lire [+]

U V

- n° 123 - p. 16-20
Thème : SOINS INFIRMIERS

Les médicaments psychotropes représentent, après l'alcool, la seconde classe de substances psychoactives la plus susceptible de mésusage chez les sujets âgés. Sa compréhension par les soignants est d'autant plus difficile que les psychotropes font l'objet de prescriptions médicales. Banalisée et admise chez les aînés, la survalorisation de la pharmacopée, au détriment de moyens non médicamenteux et de soins psychothérapiques, sous-tend l'existence de ce mésusage. Les frontières entre usage prescrit, surconsommation, automédication, usage excessif, dépendance ou addiction médicamenteuse sont imprécises chez les aînés... Les médicaments psychotropes représentent, après l'alcool, la seconde classe de substances psychoactives la plus susceptible de mésusage chez les sujets âgés. Sa compréhension par les soignants est d'autant plus difficile que les psychotropes font l'objet de prescriptions médicales. Banalisée et admise chez les aînés, la survalorisation de la pharmacopée, au détriment de moyens non médicamenteux et de soins psychothérapiques, sous-tend ...

GERONTOLOGIE ; AIDE AUX PERSONNES AGÉES ; GERIATRIE ; ADDICTION ; DEPENDANCE ; CONSOMMATION DE MEDICAMENTS ; MEDICAMENT ; BON USAGE DU MEDICAMENT ; PSYCHOTROPE ; SEVRAGE ; PRESCRIPTION ; AUTOMEDICATION ; ANALGESIQUE ; EFFET SECONDAIRE

... Lire [+]

Z