m

Documents  WINKEL Julien | enregistrements trouvés : 87

O

-A +A

P Q


U V

- n° 504 - p. 13-33
Thème : ALIMENTATION

«Dis-moi quelle quantité de viande tu manges, je te dirai qui tu es.» Ce titre de l’un des articles de notre dossier pourrait, en le modifiant un peu, s’appliquer à tous les «papiers» qui composent notre dossier consacré à l’alimentation. Car, plus que jamais, ce qu’on mange dit beaucoup de ce que nous sommes, que ce soit au niveau de nos convictions, de notre âge et, surtout, de notre appartenance socioéconomique. Dans notre article sur la viande, une chercheuse définit ainsi le profil de la personne cherchant à réduire ou à éliminer sa consommation carnée: «Une jeune femme urbaine, plutôt diplômée et athée, de gauche…». Mais il n’y a pas que la viande qui peut constituer un marqueur social. Le pain, lui aussi, a son importance. Jusqu’en 2004, le prix maximum du pain blanc de ménage et du demi-gris était fixé par l’État. Depuis lors, alors que le système a été libéralisé, le prix du pain a augmenté de 10%. Une augmentation pas si énorme mais qui n’est pas passée inaperçue pour un aliment qui, s’il ne représente plus que 0,9% des dépenses d’une famille belge moyenne – alors que vers 1800, il en représentait 50 à 60% – reste un «fait social total», car le pain est un objet pétri d’histoire, de culture, de politique, de psychologie, d’économie, de folklore, de gastronomie… «Dis-moi quelle quantité de viande tu manges, je te dirai qui tu es.» Ce titre de l’un des articles de notre dossier pourrait, en le modifiant un peu, s’appliquer à tous les «papiers» qui composent notre dossier consacré à l’alimentation. Car, plus que jamais, ce qu’on mange dit beaucoup de ce que nous sommes, que ce soit au niveau de nos convictions, de notre âge et, surtout, de notre appartenance socioéconomique. Dans notre article sur la ...

ALIMENTATION ; COUT ; INEGALITE ; PAIN ; POUVOIR D'ACHAT ; CONSOMMATEUR ; BELGIQUE ; CONSOMMATION ALIMENTAIRE ; VIANDE ; PLAISIR ; RESTAURANT ; MALNUTRITION ; ENFANCE - ALIMENTATION ; PRECARITE ; OBESITE ; SANTE PUBLIQUE ; MAL-ETRE ; PRISE EN CHARGE ; PROMOTION DE LA SANTE ; SENSIBILISATION

... Lire [+]

U V

- n° 505 - p.13-43
Thème : ECOLE

Les constats sont connus et reconnus. Plutôt que de résorber les inégalités sociales, l’école en Fédération Wallonie-Bruxelles les amplifie et les transforme en inégalités scolaires. De quoi la reléguer aux derniers bancs de la classe parmi les pays de l’OCDE. Mais cette fois, Alter Échos a voulu changer de lunettes. En mettant la focale sur ceux qui tentent d’infléchir la courbe, de changer l’école. Ce sont des directions qui insufflent des valeurs et parviennent à mettre en place des projets innovants au sein de l’école, devenue le «cœur de toutes les attentes de la société». Il y a des enseignants, «Isolés face aux inégalités», mais qui se forment à d’autres manières d’enseigner pour mieux inclure les élèves moins favorisés. Premiers concernés, les élèves eux-mêmes parviennent parfois à reprendre la main sur leur destin scolaire. Leurs parents, face au manque de démocratie à l’école, peinent souvent à se faire entendre a fortiori en milieu populaire. Mais des collectifs et comités se créent, qui militent pour plus d’égalité à l’école. Enfin, les écoles de devoirs, lieux tiers entre l’école et la maison, sont «fréquemment invoquées comme solutions potentielles pour répondre aux problèmes d’échec scolaire», au risque d’en faire les «roues de secours de l’enseignement». Toutes et tous ont fait leur rentrée ce 29 août, une rentrée marquée par plusieurs mesures du Pacte d’excellence – «des réformes dont on a besoin pour s’attaquer structurellement aux inégalités entre élèves et entre écoles», insiste la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir Les constats sont connus et reconnus. Plutôt que de résorber les inégalités sociales, l’école en Fédération Wallonie-Bruxelles les amplifie et les transforme en inégalités scolaires. De quoi la reléguer aux derniers bancs de la classe parmi les pays de l’OCDE. Mais cette fois, Alter Échos a voulu changer de lunettes. En mettant la focale sur ceux qui tentent d’infléchir la courbe, de changer l’école. Ce sont des directions qui insufflent des ...

ECOLE ; INEGALITE SOCIALE ; MILIEU SCOLAIRE ; FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES ; INEGALITE ; SCOLARITE ; ENSEIGNANT ; REFORME ; RYTHME SCOLAIRE ; ORGANISATION ; ACCOMPAGNEMENT ; APPROCHE PEDAGOGIQUE ; DIRECTION ; MOBILISATION ; RELATIONS PARENT-ECOLE ; MILIEU DEFAVORISE ; RELATIONS ENSEIGNANT-ELEVE ; MIXITE ; GREVE ; ECOLE DES DEVOIRS ; INEGALITE SOCIALE

... Lire [+]

U V

- n° 433 - p. 4-21
Thème : SOCIETE

Au sommaire de ce dossier :
- Sécurité sociale : l'échange hors contrôle de nos données,
- La Smals : la vie privée de nos données,
- Quelle sécurité pour nos données personnelles ?
- Big data is watching your job,
- Dispositif « taxe kilométrique » et lutte contre le dumping social : l'occasion manquée ?

SOCIETE ; SECURITE SOCIALE ; BANQUE DE DONNEES ; VIE PRIVEE ; SECURITE ; NUMERIQUE ; ADMINISTRATION PUBLIQUE ; INFORMATIQUE ; LOGICIEL ; TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ; CONTROLE ; MARCHE DE L'EMPLOI

... Lire [+]

U V

- n° 435-436 - p. 4-16
Thème : ECONOMIE

Au sommaire de ce dossier :
- Économie collaborative : une célèbre inconnue
- Mobilité partagée : une alternative tout public ?
- Livraison en ville : les vélos-cargos prennent du poids
- Airbnb : délit de cyber-faciès.

ECONOMIE ; ECONOMIE COLLABORATIVE ; MOBILITE ; PARTAGE ; TRAVAIL ; EMPLOI ; INSERTION SOCIALE ; VIE SOCIALE ; VÉLO ; DISTRIBUTION ; TRANSPORT ; MARCHANDISE ; DISCRIMINATION ; LOGEMENT ; LOCATION ; CYBER-DISCRIMINATION

... Lire [+]

U V

- n° 476 - p. 14-31
Thème : SOCIETE

Statistiquement, un incendie volontaire a deux fois plus de chances d'être déclenché la nuit que le jour. Voilà un exemple parmi tant d'autres qui démontre que la nuit est bien plus qu'une parenthèse noire entre deux jours. La nuit est un lieu particulier. Un endroit de repos parfois refusé, un lieu qui gomme des pans entiers des villes et exacerbe les émotions. La nuit modifie les perspectives, tantôt efface les différences, tantôt accentue les inégalités, fragilisant les plus fragiles d'entre nous. La nuit est cette salle où l'on fête, et cette salle où l'on opère, quitte à y laisser sa santé. Les travailleurs y abandonnent leur sommeil, les fêtards leurs neurones, les insomniaques leur sérénité. Mais si le jour tombé, tout change, pourquoi n'y a t-il pas une politique de la nuit, une appréhension globale des enjeux nocturnes, un nouvel arbitrage des droits de chacun, à la lumière de l'obscurité venue ? Des initiatives existent, comme un Conseil de la nuit à Liège ou une Charte de la vie nocturne dans un quartier bruxellois. Pour gérer ce qui déborde quand tous les chats sont gris ? Voyage au début de la nuit. Statistiquement, un incendie volontaire a deux fois plus de chances d'être déclenché la nuit que le jour. Voilà un exemple parmi tant d'autres qui démontre que la nuit est bien plus qu'une parenthèse noire entre deux jours. La nuit est un lieu particulier. Un endroit de repos parfois refusé, un lieu qui gomme des pans entiers des villes et exacerbe les émotions. La nuit modifie les perspectives, tantôt efface les différences, tantôt accentue les ...

SOCIETE ; TRAVAIL DE NUIT ; VIE SOCIALE ; LOGEMENT ; BRUIT ; LOISIRS ; RELATIONS SOCIALES ; SANS-ABRI ; FEMME ; RISQUE ; URBANISME ; LUMIERE

... Lire [+]

U V

- n° 482 - p. 14-30
Thème : TRAVAIL SOCIAL

Janvier 2019. Des allocataires sociaux en viennent aux mains dans les locaux du CPAS de La Louvière. L’année précédente, deux travailleurs y avaient été victimes d’une agression. Au Forem, chez Actiris, dans de nombreuses associations de terrain, les travailleurs de première ligne font face à des formes d’agressivité, verbales ou – plus rarement – physiques. Un phénomène apparemment marginal, mais qui suffit à saper le bien-être au travail. Malgré des chiffres rassurants, il flotte dans l’air l’impression d’un phénomène souterrain en augmentation, mal mesuré, dont on parle peu. Alors les CPAS, Actiris, le Forem cherchent une parade, tantôt grâce à des « dispositifs technico-sécuritaires » – boutons d’alerte, baies vitrées, vigiles – tantôt en améliorant leur offre de services – fin des files d’attente, espaces conviviaux – et, presque toujours, en proposant des formations. Si le phénomène est souterrain, c’est que « le silence s’installe autour des agressions vécues », explique Vincent Libert, formateur au sein de l’asbl Praxis. Les formations aident parfois à libérer la parole et à s’armer pour désamorcer les situations. Mais elles ne permettent pas toujours d’éradiquer la peur, qui rôde lors des rondes de nuit des gardiens de la paix de l’asbl Bravvo. S’indigner de la violence subie par des travailleurs sociaux est une chose. En comprendre les causes en est une autre. Les « violences institutionnelles » sont souvent convoquées. Kris Meurant, de l’asbl Transit, constate « une sursaturation de l’accès à la première ligne. Il y a un tel flux qu’on ne peut plus travailler dans les meilleures conditions possible. Cela génère une tension qui est plus palpable ». Cette tension, très concrètement, c’est « une chaise qui vole, un café jeté au visage, un chapelet d’insultes »…
Janvier 2019. Des allocataires sociaux en viennent aux mains dans les locaux du CPAS de La Louvière. L’année précédente, deux travailleurs y avaient été victimes d’une agression. Au Forem, chez Actiris, dans de nombreuses associations de terrain, les travailleurs de première ligne font face à des formes d’agressivité, verbales ou – plus rarement – physiques. Un phénomène apparemment marginal, mais qui suffit à saper le bien-être au travail. ...

AIDE SOCIALE ; TRAVAIL SOCIAL ; CONDITIONS DE TRAVAIL ; RELATIONS INTERVENANT-USAGER ; VIOLENCE ; VICTIME ; AGRESSION ; GESTION ; CAUSES ; CONTROLE ; SECURITE ; SERVICES PUBLICS

... Lire [+]

Distanciation physique, fracture sociale WINKEL Julien | ALTER ECHOS 03/2021

article - - Doc n°153997

U V

- n° 491 - p.68-74
Thème : SOCIETE

Dans un article publié pour "E-legal", la revue de droit et de criminologie de l'ULB, Luce Molitor et Nelson das Neves Ribeiro -assistants chargés de recherches au Centre de recherches pénalité, sécurité et déviances (ULB) - explorent les effets de la distanciation sur les pratiques de professionnels comme les travailleurs sociaux, les agents pénitentiaires ou les policiers. Ils dressent aussi un constat : ce sont les plus précarisés qui, en pleine pandémie, souffrent le plus d'une "distanciation sociale" qui éloigne les citoyens les uns des autres. Dans un article publié pour "E-legal", la revue de droit et de criminologie de l'ULB, Luce Molitor et Nelson das Neves Ribeiro -assistants chargés de recherches au Centre de recherches pénalité, sécurité et déviances (ULB) - explorent les effets de la distanciation sur les pratiques de professionnels comme les travailleurs sociaux, les agents pénitentiaires ou les policiers. Ils dressent aussi un constat : ce sont les plus précarisés qui, en ...

RELATIONS PROFESSIONNELLES ; PRATIQUE PROFESSIONNELLE ; TRAVAIL SOCIAL ; RELATIONS SOCIALES ; EPIDEMIE

... Lire [+]

U V

- 19 p.
Thème : JUSTICE

Les détenus, souvent oubliés, touchés par des maladies transmissibles, le stress... Leurs conditions de vie difficiles ont notamment un impact en termes d'hygiène et d'alimentation. Le Service éducation pour la santé (SES) se consacre aujourd'hui à la santé en milieu carcéral.

PRISON ; EDUCATION POUR LA SANTE ; CONDITIONS DE VIE ; HYGIENE ; ALIMENTATION ; PROMOTION DE LA SANTE

... Lire [+]

Un secteur social, sauf pour les femmes ? WINKEL Julien | ALTER ECHOS 08/02/2016

article - - Doc n°123652

U V

- n° 417 - p. 4-6
Thème : TRAVAIL SOCIAL

L'égalité homme/femme est loin d'être acquise dans le secteur social. Particulièrement en ce qui concerne l'accès à des postes à responsabilité.

TRAVAIL SOCIAL ; FEMME ; EGALITE ENTRE LES SEXES ; RESPONSABILITE

... Lire [+]

Radicalisme : paroles de travailleurs sociaux WINKEL Julien | ALTER ECHOS 29/02/2016

article - - Doc n°124553

U V

- n° 418 - p. 24-26
Thème : TRAVAIL SOCIAL

On les dit parfois abattus. Ou au contraire déterminés à continuer leur travail, convaincus de I"utilité de celui-ci. À Ia suite des attentats de Paris, les travailleurs des AMO, maisons et autres centres de jeunes sont en première Iigne. Alter Échos est allé à leur rencontre.

TRAVAIL SOCIAL ; AIDE EN MILIEU OUVERT ; MAISON DE JEUNES ; RADICALISME ; LUTTE ; PREVENTION

... Lire [+]

Z